Headbangers : Rhythm Royale / Drôles de pigeons

Le studio français Glee-Cheese, se lance dans les mini jeux à la sauce musicale, genre très apprécié des amateurs de jeux japonais qui ont déjà passé des heures sinon des nuits à scorer sur des titres tels que Minna no Rhythm Tengoku, Osu! Tatakae! Ouendan mieux connus en occident sous les noms de Beat The Beat Rythm Paradise et adapté en Elite Beat Agents pour Ouendan.

Il faut dire que l’héritage nippon en la matière est conséquent et énumérer chacun des jeux de rythme sorti dans l’archipel mérite une sorte d’encyclopédie, surtout s’ils devaient être croisés avec des Puzzle & Action : Tant-R, Bishi Bashi et autres Wario Ware.

Team 17 a fait confiance à Glee-Cheese pour une proposition suffisamment différente et en phase avec son époque, vu que nous sommes en présence d’une sorte de Battle Royale dans lequel le joueur devra battre vingt-neuf autres en quatre manches, dans divers défis musicaux, uniquement en ligne.

Ainsi Headbangers offre une jolie variété allant de la reconnaissance de sons, de séquences de « danse » à reproduire, de la mémorisation et bien entendu du rythme plus classique. Ce n’est là que quelques exemples pour ne pas gâcher la surprise de la découverte de passages surprenants.



Le tout bénéficie d’un soin tout particulier concernant la production musicale. Les compositions originales comme connues, massacrées pour l’occasion, sont un véritable enchantement pour les oreilles.
Glee-Cheese l’annonce clairement sur son site :  » innovative games with a strong artistic identity. »

Difficile de prendre ce studio en défaut, tant Headbangers pousse les curseurs assez loin dans sa conception comme dans son habillage loufoque avec cette ribambelle de pigeons hallucinés. Désopilants.
Car l’humour à la part belle dans ce jeu décomplexé qui permet au delà de ses délires musicaux, des délires cosmétiques.

Un parfum de Fall Guys se fait sentir avec la possibilité de customiser son volatile de bien des manières. Coupe afro, lunettes ou carrément le look du Space Man Ace Frehley du groupe Kiss avec le maquillage éclair façon Aladdin Sane de David Bowie. Le choix est large et s’étoffe au fur et à mesure de la progression.

Et celle-ci malmener celui qui n’a pas l’habitude des jeux de rythme ou qui ne l’a tout simplement pas dans la peau.

Si de prime abord les épreuves apparaissent comme assez simples, leurs accomplissements relèvent parfois du petit exploit personnel. Déjà parce que Headbangers va soudainement perturber le bon déroulé des opérations avec des obstacles visuels et sonores. Une bonne idée pour augmenter le challenge mais qui peut s’avérer rapidement décourageante pour le profane. Ajoutons un certain niveau des joueurs qui passent beaucoup de temps sur le titre et les épreuves en face à face peuvent être vite bouclées pour ne pas être en mesure d’atteindre le second pallier de la compétition.

Enfin et c’est plus personnel, je trouve que Headbangers peut manquer de lisibilité et de précision.
Souvent il m’est arrivé de m’emmêler les pinceaux pour pas grand chose avec cette désagréable sensation de ne pas être dans le rythme alors que je dévore ce type de jeux ( Mini Games et Rythm Games ) depuis plus de vingt ans. Question de feeling certainement mais pour le coup je préfère nettement celui japonais. Plus évident, plus pratique.



Ce qui n’enlève pas à Headbangers d’être une bien fameuse réjouissance.
Bénéficiant d’un contenu généreux, il est un véritable cadeau aux amateurs de musique tant il se concentre sur cette thématique. Accessible mais rigoureux dans sa pratique, il offrira à celles et ceux qui s’accrocheront, énormément de rires et de plaisir.
On apprécie de s’affronter en ligne ; on aurait également apprécié un mode solo qui est la base de ce genre mais qui ne semble pas être la philosophie de Glee-Cheese.

Qu’importe, Headbangers a ses chances de devenir un classique en fonction de l’adhésion des joueurs et de comment les développeurs le feront évoluer.

Cette première saison est encourageante. Attendons de voir à quelle sauce prochaine ces pigeons un brin timbrés seront cuisinés. On peut faire confiance aux Chefs.










About Jibé Jarraud
Responsable Editorial Grand Sachem de http://ZePlayer.com I Scribouillard dans des zines de JV et éternel amoureux de jeux nippons insensés I Voix dans le podcast Super Retro Mega X sur Radiokawa.com

A propos Jibé Jarraud 260 Articles
Responsable Editorial Grand Sachem de http://ZePlayer.com I Scribouillard dans des zines de JV et éternel amoureux de jeux nippons insensés I Voix dans le podcast Super Retro Mega X sur Radiokawa.com