Je ne terminerai jamais Super Mario Bros Wonder ?

Le titre annonce la couleur. Je ne sais pas si j’ai l’envie de continuer les dernières aventures du plombier le plus populaire au monde, bien que celui de mon quartier mérite d’être connu.

Est-ce que le jeu est à ce point catastrophique qu’il me faille l’abandonner?
Que nenni. Super Mario Bros Wonder est une expérience très solide, riche d’ingéniosité, de secrets, au gameplay ciselé pour des graphismes et des animations particulièrement réussies.

Il s’agit tout simplement de l’un des tous meilleurs titres de la Switch et historiquement l’un des meilleurs représentants de la plateforme 2D et ce sur plusieurs générations de machines.

Mais alors ? Où est-ce que ça coince Jibé ??

L’amoureux de Super Mario Bros attend depuis plus de trente ans, la suite de Super Mario World.
Cet hypothétique Super Mario Bros 5 ( World étant sous-titré 4 dans sa version Super Famicom ) reste ce Graal tant désiré.

Et quand bien même New Super Mario Bros serait considéré comme ce retour espéré par les fans de la première heure, il reste à mes yeux un excellent apéritif avant que l’on passe enfin à table.

Dès l’épisode Wii certes plus confortable et jouable à quatre, les suites devenues insupportables jusqu’à mettre Luigi dans le rôle principal, n’étaient plus en mesure de satisfaire.

Pendant ce temps, j’espérais que Nintendo se ressaisisse en me proposant de casser cette attente devenue trop longue. Puis Super Mario Bros Wonder et ses graphismes merveilleux de se montrer.
Mario est de retour, ne ressemble plus aux New et se veut autrement plus épatant avec les Wonder Seeds qui chamboulent toute la progression.

Les premières parties ont été de fait enchanteresses. Les décors qui soudainement se transforment, les fleurs à l’humour assez désopilant et tiens cette musique qui vient de Super Mario 64, ont de quoi faire plaisir.

Mais…

Mais si le menu est particulièrement garni, au fur et à mesure un goût de redite se fait sentir. L’on peut rajouter des badges dont je n’apprécie guère l’usage et énormément d’inventivité que ce Super Mario Bros Wonder est à mes yeux un épisode New qui ne se l’avoue pas.

Plus j’y jouais et plus je m’éloignais de ce que représente les quatre premiers Super Mario Bros ( je mets de côté l’épisode 2 occidental appelé Super Mario Bros USA au Japon).

Le gameplay garde ses fondations, les ajouts de costumes initiés dans SMB3, toujours un bonheur mais cette impression que la finalité n’est pas la même reste tenace.

Aussi en ayant parcouru trois quart de l’aventure, ai-je décidé un soir d’arrêter mes tribulations chez le Prince Florian avec cette pointe d’amertume. Le jeu est très bon mais ne représente hélas pas ce que je voulais et l’ennui de me gagner à chaque fois que je le lançais.

Un comble pour celui qui a pris tant de plaisir à faire chacun des SMB depuis les années 80 et qui se voit abandonner ce compagnon fidèle en plealors que la cinquantaine approche.

Des retrouvailles ternies certainement par ma faute. Ce souhait d’une suite de ce que j’estime être le plus grand jeu de plateformes conçu.

Souvent l’on se retourne sur son passé de joueur et on espère un jour l’embrasser à nouveau.
Cela est déjà arrivé mais ce ne sera pas avec ce Wonder contre qui je n’ai rien mais pour lequel j’ai si peu.

Un amour contrarié, celui d’une histoire qui fini mal en général pour reprendre la chanson.

About Jibé Jarraud
Responsable Editorial Grand Sachem de http://ZePlayer.com I Scribouillard dans des zines de JV et éternel amoureux de jeux nippons insensés I Voix dans le podcast Super Retro Mega X sur Radiokawa.com

A propos Jibé Jarraud 260 Articles
Responsable Editorial Grand Sachem de http://ZePlayer.com I Scribouillard dans des zines de JV et éternel amoureux de jeux nippons insensés I Voix dans le podcast Super Retro Mega X sur Radiokawa.com