Resident Evil 4 Remake : Separate Ways

Amputé. C’est ainsi que les fans de Resident Evil 4 Remake ont pu appréhender cet excellent remake à qui il manquait la délicieuse cerise sur ce gâteau roboratif : Jouer avec Ada Wong.

Une longue exclusivité dédiée à la version PS2 sortie après la version GameCube.

Moins jolie mais plus complète sur la console de Sony, la moue pouvait se voir sur les visages devant un remake plus joli mais moins complet, vu que Separate Ways n’était pas jouable.

L’impair est désormais corrigé grâce à ce DLC tant attendu. Mais est-ce que la somme « conséquente » de 9.99 euros en vaut vraiment la peine?

L’on peut en être rassuré dès le début du jeu. A l’instar des changements bienvenus quand Leon pénètre la forêt devenue lugubre, Separate Ways prend le pari de modifier le parcours connu avec une Ada qui commence dans le château de Salazar à la place du village damné. Ada qui a troqué sa robe de soirée pour une tenue qui si elle reste avantageuse pour ses courbes est tout de même plus en phase avec une mission à accomplir qui diffère largement de celle confiée à Leon.

La fille du Président des États-Unis n’est pas un objectif. La belle espionne travaille pour l’infâme Albert Wekser afin de récupérer l’ambre, cette matière néfaste qui a rendu fous les locaux.

Et c’est avec plaisir que l’on rentre immédiatement dans une aventure plus nerveuse et ramassée pour avoir le point de vue de Ada et de son terrible boss sur les sinistres événements espagnols.

Dans son gameplay, Separate Ways ne change pas grandement sa formule, mais offre de nouvelles fonctionnalités. Ada n’a pas le temps de faire du tourisme et se sert aisément de son grappin pour franchir les obstacles et gagner du temps là où Leon devait user ses semelles. Un grappin qui s’avère fort utile soit pour ôter le bouclier d’un ennemi une fois la capacité acquise, comme lui fondre dessus pour une attaque redoutable.

Shinji Mikami voulait de l’action pure et dure pour son jeu ; jouer avec Ada le confirme, même si le réalisateur japonais n’est plus chez Capcom depuis bientôt vingt ans.



Toutefois, les passages plus stressants dans la veine des trois premiers jeux sont toujours au rendez-vous. Visiter des lieux sinistres comme le laboratoire avec ces chers Regenerador offre cette cassure nécessaire avec une ambiance nettement plus angoissante que les bonds athlétiques sur fond de musique façon James Bond.

Le RE Engine fait toujours ses preuves et les scènes d’horreur sont percutantes.

Toujours au chapitre stress, on notera les apparitions régulières de Verdugo qui prend le rôle de Nemesis et celle d’un énorme monstre, résultat réussi de modifications génétiques. En revanche, Krauser était aux abonnés absent niveau combat.

Enfin, Separate Ways propose l’utilisation contextuelle de l’I.R.I.S qui permet à Ada de repérer dans l’environnement, quelques indices, notamment des traces de pas.

Une option qui s’avère plutôt gadget et qui ne sert que le propos. Dommage, il y avait quelque chose à creuser de ce côté là.

Et également de l’autre côté. Car la sensation de redite est bien présente.
Il aurait été apprécié que Separate Ways se révolutionne plus encore pour renforcer justement ces destins séparés et liés à la fois. Des environnements inédits que seule Ada pouvait visiter par exemple. La rencontre de pauvres hères avant transformation, une autre relation avec le vendeur pour mieux connaître son histoire etc.

Cependant, Separate Ways reste un DLC particulièrement réussi. Le jeu est revisité de belle manière, les ajouts sont bienvenus et surtout l’on a les clefs manquantes à une histoire qui s’étoffe.

Pour le prix d’un menu burger en fast food, vous aurez tout intérêt à préférer la cuisine de Capcom vu que le Chef à défaut d’exceller sait une nouvelle fois nous régaler.




About Jibé Jarraud
Responsable Editorial Grand Sachem de http://ZePlayer.com I Scribouillard dans des zines de JV et éternel amoureux de jeux nippons insensés I Voix dans le podcast Super Retro Mega X sur Radiokawa.com

A propos Jibé Jarraud 260 Articles
Responsable Editorial Grand Sachem de http://ZePlayer.com I Scribouillard dans des zines de JV et éternel amoureux de jeux nippons insensés I Voix dans le podcast Super Retro Mega X sur Radiokawa.com