Alors le Stunfest ?

Certainement refroidies par une édition 2018 en demie teinte et un déficit financier conséquent, les équipes de l’association 3 Hit Combo que l’on craignait abandonner cette belle entreprise, ont malgré tout maintenu la barre pour que le Stunfest ait de nouvelles dates cette année.

DSC_2494

Même si le festival a perdu de sa superbe avec le temps ( on y rentre les mains dans les poches sans aucune queue ), il faut reconnaître que ce lieu de rencontre entre acharnés du stick a su revenir à des fondamentaux certes encore un peu timides mais suffisamment solides pour revenir lors d’une prochaine.

Ainsi, les tournois semblaient plus nombreux, avec une variété certaine en plus des jeux ténors à l’image d’un Puyo Puyo Champions, de la référence Windjammers  comme du bien sympathique Lethal League Blaze.

Salutaires dans l’enfer du fighting game. Le Stunfest est depuis ses origines le grand barnum de l’affrontement qui convie à l’image du prestigieux EVO, la crème des joueurs internationaux dans une ambiance survoltée alors que les phases finales en public sont diffusées sur écran de cinéma.

Et quand bien même l’on n’est pas un aficionado du genre, il est toujours très intéressant de parcourir la zone tournois, pour voir au plus proche les coups s’échanger dans une ambiance qui oscille entre crispation et bonne humeur. L’occasion de retrouver pour les plus anciens, la chaude moiteur des salles d’arcade d’antan, avec des bornes SEGA VS City en face à face.

DSC_2489

 

Et c’est d’un naturel déconcertant et le sourire aux lèvres, que le champion japonais Tominaga enchaînait les victoires à base de nombreux perfect sur Street Fighter III 3rd Strike.

Une Makoto démoniaque ne laissant aucune chance, au mieux un round de temps en temps aux quelques compétiteurs qui osaient le défier avant de quitter la scène sans honte véritable vu le niveau de l’intéressé.

Le temple de la baston, telle est LA proposition du Stunfest avant d’autres activités toutes aussi réjouissantes. Les associations avaient répondu présentes au rendez-vous. Ainsi Neo Geo Fans et MO5 s’étendaient sur des stands généreux, tout comme la venue des experts du jeu Melting Blood. James du James Game Center nous a ravis une fois de plus avec ses Astro City, tandis que – plus dommageable – un exploitant avait installé de nombreuses bornes dédiées mais dans des états assez lamentables.

Pour le reste, FFVI Man modifiait les Super Nintendo, Pix’n Love proposait ses publications entre autres stands tandis que les Indés avaient la part belle en permettant de jouer à leurs productions. De petits plus toujours bienvenus. L’espace du Liberté est mieux optimisé, la circulation facilitée et la visite de se faire agréablement.

Lors du trajet avec deux de mes amis, nous avions quelques doutes sur la qualité de l’ensemble vu la douche froide de l’an dernier. Ceux-ci se sont rapidement envolés une fois sur site. La ville de Rennes s’ouvre totalement à l’événement en participant activement à la diffusion culturelle du jeu vidéo. Expositions, conférences, rencontres ludiques pour tout âge, au delà de l’amusement pur, le Stunfest a su une fois encore proposer une belle alternative à l’imagerie geek largement critiquée ( voire critiquable ) avec un public moins mainstream youpi tralala que l’on peut voir notamment au Paris Games Week. Si vous cherchiez des cosplayers, ce sera sur les doigts d’une main que vous les compterez.
En cette année 2019, le Stunfest a repris des couleurs, consolide sa base et on a hâte de faire à nouveau la route l’année prochaine. Sain, humain crée par des joueurs pour des joueurs sur fond d’une passion palpable, le Stunfest est en passe de redevenir the place to be pour tout accro du stick. Inespéré.

 En résumé :

13.000 festivaliers 1000 manettes
22 tournois 1 galette saucisse avalée toutes

les 15 secondes le samedi midi !

30.500EUR de cash prize 30 jeux indépendants
923 compétiteurs 91 heures de superplay et performance vidéoludique

Un pic à 13.000 viewers

durant les finales du tournoi

Super Smash Bros. Ultimate

40 conférences durant les 3 jours

About Jibé Jarraud
Responsable Editorial Rédacteur chez Pix'n Love, Retro vers le Futur Chroniqueur dans " Les Tauliers " sur Radio JV.com

A propos Jibé Jarraud 195 Articles
Responsable Editorial Rédacteur chez Pix'n Love, Retro vers le Futur Chroniqueur dans " Les Tauliers " sur Radio JV.com