Et si un troisième sur Switch?

Power Stone n’est pas une grande licence. On pourrait même affirmer que pour une grande majorité de joueurs, elle ne représente pas grand chose, sinon un vague souvenir. En revanche, les premiers possesseurs de Dreamcast et surtout en import, gardent en mémoire deux jeux terriblement accrocheurs, à la prise en main immédiate.

Sorti en 1999, soit quelques mois à peine après le lancement japonais de la machine de SEGA, Power Stone a su étonner à plus d’un titre. Graphismes simples mais forts jolis, combats en arènes nerveux, pouvoirs exagérés pour des parties jusqu’à quatre totalement folles.

Nanti d’un joli succès, Capcom lance un second épisode enrichi d’arènes toujours plus délirantes et de nouveaux personnages, jusqu’à ce que la licence périclite et disparaisse. Soul Calibur était passé par là, et l’évolution des mœurs allant vers une PlayStation 2 aux jeux plus adultes, ont fait que son développeur est passé à autre chose.

Pourtant, les goûts et les couleurs changent rapidement. Et des jeux multijoueurs aux concept assimilables aisément pour du fun à gogo, de reprendre leurs droits. Ainsi l’on pense à Tower Fall Ascension, Rocket League, Bro Force et plus récemment Overcooked. Même Micro Machines revient sous peu.

Nintendo a bien compris le marché, et sa Switch de pouvoir répondre à ces envies dites nouvelles, alors que cachées depuis quelques années. Le multi a le vent en poupe. Mario Kart 8 Deluxe est adulé, Arms fait son petit bonhomme de chemin tandis que les regards à présent braqués sur Splatoon 2, devraient lui assurer de très bonnes ventes.

Aussi, Capcom n’aurait-il pas une carte à jouer dans un tel contexte. Power Stone se prêterait parfaitement à la philosophie Switch, et n’aurait pas besoin d’un développement trop lourd. Pour ce qu’il a à proposer, Arms est techniquement impeccable. Suffisamment joli et accueillant. Capcom pourrait largement s’en inspirer.

De plus, s’il était jouable à huit, son capital sympathie n’en serait que décuplé, et les parties de se dérouler en cris et en ris dans une franche bonne humeur.

Power Stone 3 pourrait avoir les arguments de séduction pour les plus jeunes, mais aussi les plus vieux qui le retrouvant, écraseraient certainement une petite larme en repensant à tout ce qu’une machine comme la Dreamcast leur apportait.

A propos Jibé Jarraud 155 Articles
Responsable Editorial Rédacteur chez Pix'n Love, Retro vers le Futur Chroniqueur dans " Les Tauliers " sur Radio JV.com