Yace (3) : Non, Claire Gallois ne mérite guère !

Souvenez-vous : début décembre 2012, une majeure partie de la communauté des joueurs réagissait à une chronique de Mme Claire Gallois, publiée au Point, sur la violence et les jeux vidéo. (Source)

   Certes, les jours ont passé et aujourd’hui, les propos de Mme Gallois ne sont plus que douteux souvenirs. Ce qui tend à prouver que les chiens aboient, la caravane passe, et que la bave du crapaud… Bref. Il serait tout aussi pertinent de ne plus en parler. Et c’est précisément là que je m’inscris en faux : le temps qui s’écoule me donne le droit à mon tour de signer une chronique à ce propos.

   N’attendez pas que je prenne fait et cause pour le jeu vidéo, bien que joueur passionné et notoire au moins dans le quartier. je tiens ici à donner un ressenti dénué de toute passion, de toute excitation, et c’est bel et bien pour cela que j’ai jugé opportun d’attendre. Désormais, avec un recul nécessaire, il est temps de répondre non pas à Mme Gallois dont j’avoue d’ailleurs ne pas connaitre les travaux de plume. Ce dont je ne souffre guère avec trop de douleur. Mais de répondre à ce bien triste tableau que nous ont fourni la chroniqueuse et les internautes.

 

   L’article de Mme Gallois aurait du finalement être laissé à la place qui était la sienne : les obscures pages papier et internautes du Point. Point ! Outre la critique sur le fond des propos de la rédactrice (que je ne citerai que pour mémoire par respect devant une objective ineptie), j’ai pour ma part été bien plus interloqué par leur total manque de style et le fort piètre niveau de langue qui était celui de l’article. Ce qui achevait de retirer le semblant de crédit dont pouvait se prévaloir leur auteur. Vacuité et langue de Molière sont pourtant opposées, il ne coutait rien d’au moins masquer l’anémie de fond par une rhétorique sinon exhaustive au moins acceptable ! Le Point se contenterait donc d’une banale rédaction digne d’une étudiante de niveau 4ème année AVANT le bac ?

 
    Mais à la décharge de Mme Gallois, je reconnais que ses errements littéraux à défaut donc d’être littéraires ne sont quantitativement rien en comparaison de ceux des internautes qui ont cogité obligatoire de lui répondre. Véritable festival qui ferait passer les forums les plus tortueux de Doctissimo pour des discussions dignes d’une rencontre entre Spinoza et Hegel ! On a même eu droit à l’évident « Hitler jouait donc au jeu vidéo ? » Et c’est bien là que je trempe ma plume dans le vitriol non plus contre la rédactrice, mais contre tout ceux qui sont tombés dans le piège qu’elle leur tendait. Ce qui fait d’eux non pas des victimes, mais de pauvres naifs. Tel étalage de pseudo « commentaires » sous forme de SMS parfois, à la grammaire plus que douteuse ne produit qu’un effet encore plus désastreux. Car à les lire, il serait aisé de croire que le jeu vidéo, s’il ne crée donc pas des McVeigh ou autres Harris et Klebold, serait au moins responsable de la dégradation de la langue !

 

   Mais au delà de cet aspect bilatéral sur fond d’échanges plus ou moins cordiaux, c’est bien à tous les acteurs de ce mauvais théâtre qu’il faudrait adresser un satisfecit. Grâce à vous tous, rédactrices et interlocuteurs, ce sont deux domaines qui voient leur niveau encore un peu plus tiré vers les tréfonds : la presse d’une part, et le jeu vidéo de l’autre ! Deux domaines qui me tiennent au coeur et à l’âme…Exécrable vaudeville synallagmatique que furent ces paroles, d’où qu’elles émanent.
   Raisonnons par l’absurde : et si demain, un auteur sans grand contact et à l’âge avancé témoin de son appartenance à une génération plus ancestrale vient énoncer à grand renforts de lieux communs et aux agrès d’une rédaction dépourvue de consistance en venait à démontrer l’indémontrable ?

 
    Imaginez la très ancestrale et particulièrement irritante Claude Sarraute qui énoncerait les vertus nutritives des mets de chez Ronald McDonald, au détour d’un billet ampoulé et sans substance. Hilarité et émission de sérieux doutes sur l’état de connaissance réel de l’auteur !

 
    Et ce qui m’amène à conclure, et ce sans avoir abordé ce débat de fond sur la violence et les jeux vidéo car tel n’était point le but de cette prose. Car tant qu’il existera, le jeu vidéo sera un sujet de digressions venant tant de ses laudateurs que de ses détracteurs. Je me bornerai à nouveau à déplorer la perte de leur aspect gentiment et nécessairement chimérique. Quelle attitude aurait-on du adopter à raison face aux écrits de Mme Gallois ? L’hilarité. Le mépris. Quelle réponse aurait été la bonne ? Le silence. Oui, le silence, tel celui qui achevait le Requiem de Léo Ferré.

   Pour ceux qui écrivent sensément
   Pour celle qui écrit vainement
   Pour ceux qui rétorquent bêtement…
  

   POUR TOUT ÇA, LE SILENCE !

  Yacine « YACE » Djebili.

About Mathieu Goux
Co-Responsable de Ze Player, Rédacteur sur Grospixels.com, Animateur sur Radiojv.com.

A propos Mathieu Goux 84 Articles
Co-Responsable de Ze Player, Rédacteur sur Grospixels.com, Animateur sur Radiojv.com.