Interview : Alain Huygues Lacour

Cette Interview date d’Avril 2008 et correspond  à la première concernant AHL, depuis son départ du milieu.
Ze Player est bien le premier à avoir rappelé qui est AHL.

Alain Huygues Lacour a été pour beaucoup, une sorte de père spirituel. Le souvenir de ses écrits dans Tilt, Joystick/Pad ou Console + reste encore bien présent dans nos esprits. Et c’est avec beaucoup de joie que j’aie pu m’entretenir avec la légende que l’on connaît aussi sous le nom d’A.H.L…

Jibé : Bonjour Alain Huyghues Lacour, et merci de jouer au jeu de l’interview. Pour commencer, peux tu revenir sur ton parcours ?

Alain Huygues Lacour : Et bien avant de rentrer dans le milieu de la presse vidéo ludique, j’ai fait carrière dans la musique. En effet, j’étais dans la production de disque, la création musicale, parolier et j’ai eu l’occasion de travailler avec de nombreux artistes comme Serge Gainsbourg, Demis Roussos ou les Forbans.. Par la suite, je suis rentré chez Tilt en tant que pigiste c’était en 1987 et j’y suis resté durant 3 années.

Puis je suis parti à Joystick en 1991 en tant que rédac chef et, parallèlement j’ai créé et dirigé Megaforce et Joypad.

En 1994 je quitte Joypad et je rejoins Consoles + en tant que Rédac chef, là encore, et j’y suis resté 10 ans. En parallèle j’ai dirigé Nintendo Magazine durant la période N64. Ce ne fut pas la meilleure période pour Nintendo, mais de bons souvenirs tout de même.

Jibé : Et comment es-tu passé d’un univers à un autre? La musique étant une passion pour toi .

A.H.L : En fait, après plus de quinze années dans le milieu du disque, j’ai eu envie d’aller voir ailleurs. C’est un univers particulièrement stressant. Je souhaitais faire autre chose, mais quoi ? Et l’Atari 2600 est arrivé et je me suis mis à jouer comme un malade avec Space Invaders, Missile Command, Pitfall, etc…

J’ai alors découvert Tilt, qui était le premier et le seul magazine consacré aux jeux vidéos. Au bout de quelques mois, je me suis rendu compte que je connaissais mieux le sujet qu’eux les rédacteurs. En effet, à cette l’époque, les tests de jeux étaient réalisés par des journalistes qui jouaient très occasionnellement (à l’exception de mon pote Jacques Harbonn). Ainsi je me suis proposé, pour le fun et j’ai été rapidement engagé et tout s’est enchaîné.

Jibé : Mais pourquoi avoir quitté Tilt puis Joytick/Pad?

A.H.L : Si j’ai quitté Tilt c’est que l’on me proposait d’être Redac Chef chez Joystick, qui était sur le point de prendre la première place à Tilt.. Par contre pour Joystick/Pad c’est une autre histoire. Je ne m’entendais plus du tout avec Marc Andersen ( voir interview de Jm Destroy ) après le rachat des magazines par Hachette. Je suis donc parti rejoindre Consoles +.

Aventure qui trouvera son terme en 2004 alors que C+ allait être vendu vendu à Future Press. J’aurais alors souhaité écrire dans un autre mag, j’avais pensé à Gaming mais il s’est arrêté..

ahl2

 

Jibé : Malgré tout, lis-tu toujours des magazines?

A.H.L : Je lis toujours la presse comme Jeux Vidéo Magazine, même si je suis loin d’être toujours d’accord avec leur politique éditoriale, notamment lorsqu’ils s’attaquent à la Wii.

Sur le net, je consulte Gamekult tous les jours et j’aime bien Canard PC. Un mag réalisé par une bonne équipe, à l’ancienne, que je lisais régulièrement lorsqu’ils étaient à Joystick.

Jibé : Et cette presse, quoi en penser?

A.H.L : Mon avis ne va pas te surprendre, il est plutôt négatif. Il n’y a plus de concurrence, ce qui est un gros problème pour ce type de presse Il n’y a plus que Future ou presque, ce qui n’est guère stimulant D’autre part, les mags sont assez uniformes, ils n‘ont pas un ton ou n style qui leur soit particulier, comme c’était le cas dans les années 80 / 90.

( Alors que j’acquiesce ses propos, je lui indique que me concernant je ne trouve aucune différence de ton entre les magazines…)

Ah le ton! Le style! C’est fini tout ça ! Tu as raison! Les articles sont désormais uniformisés. Il faut bien se rendre compte qu’à l’époque cette presse ne manquait pas de personnalités fortes qui étaient mises avant dans les magazines. Mais la situation n’est plus la même aujourd’hui et il me semble que lancer un magazine dans le contexte actuel est suicidaire.

Jibé: Et des regrets?

A.H.L : Des regrets? Peut-être celui de ne plus écrire, mais encore une fois je ne regrette pas ce que j’ai vécu bien au contraire.

Je me suis bien éclaté depuis mon arrivée à Tilt. Je garde tant de bons souvenirs de ces années passées dans le jeu vidéo : les coursiers qui m’amenaient les nouveaux jeux à la maison lorsque j’étais pigiste à Tilt, les salons américains, les voyages au Japon.

Mais un souvenir qui restera éternel est la rencontre avec Dieu : Shigueru Miyamoto lors de la présentation de la N64 à l’E3. Il était très attentif aux joueurs, analysait tout! C’est quelqu’un de tellement simple, de tellement gentil, un génie qui n’a pas la grosse tête.

ahl3

Jibé : On connaît surtout ton affection pour les consoles. Et le micro?

A.H.L : Quand je suis rentré chez Tilt, les consoles n’avaient pas trop la côte mais je me suis mis à tester tous les jeux console, même si j’aimais bien l’Amiga, le ST et le commodore 64. Pour moi les consoles étaient l’avenir. Je haïssais le PC à cette époque, mais quand Doom est sorti, j’ai craqué et depuis je m’achète un nouveau PC tous les 2/3 ans.

Jibé : Pourtant si amour il y a eu, c’est bien pour la Pc Engine?

A.H.L :Aaaaaaaaah, sacrée bécane! J’ai vraiment adoré tout particulièrement cette console. Elle était techniquement très en avance sur ses concurrentes. Le format Hucard est vraiment épatant. N’oublions pas que grâce au lecteur CD-Rom nous avions pour la première fois des jeux sur CD! Et que dire des petites merveilles portables comme la GT et surtout la LT, qui avaient une bonne quinzaine d’années d’avance. La PC engine disposait d’un magnifique ludothèque dans laquelle les shoot them up avaient la part belle. J’aurai toujours énormément de tendresse pour cette console.

Jibé : Et les jeux aujourd’hui?

A.H.L : Ils sont magnifiques, mais parfois ennuyeux. Plus que jamais entre un jeu moche mais passionnant et un jeu parfait techniquement mais peu excitant, j’ai choisi mon camp. L’évolution est logique, le public veut du beau alors on va lui en donner.
Cependant les super productions sont tellement chères qu’il faut bien les rentabiliser, alors les éditeurs ne prennent pas de risques, aux dépends de l’originalité car quand l’investissement est à ce point conséquent, les éditeurs préfèrent jouer la sécurité.

Jibé: La Wii et la DS sont pourtant des prises de risque.

A.H.L : Complètement! Mais Nintendo est un artisan, et propose ce que l’on a coutume d’appeler la Nintendo différence et c’est payant.

J’ai rapidement cru en la DS, par contre quand j’ai entendu parler de la Revolution j’ai eu peur, je ne pensais pas qu’en devenant Wii ce concept aurait un tel succès.

Mais la Wii ne peut pas remplacer une 360 par exemple, mais elle apporte une autre façon de jouer et pour moi, un gamer se doit de posséder les deux. Je resterai toujours un fan de Nintendo car j’adhère totalement à leur stratégie qui est orientée exclusivement vers le jeu alors que d’autres semblent faire une console principalement pour vendre un nouveau standard DVD, si vous voyez de qui je veux parler. Si je veux jouer, j’achète une console et je prends un lecteur DVD pour regarder des films. Je ne suis pas intéressé par les machines multi fonctions. On a eu la 3DO et le CDI…

Jibé : Mais alors? Plutôt Xbox 360 que PS3?

A.H.L : Pour l’instant oui. Maintenant la 360 propose des jeux formidables. Le catalogue est meilleur grâce aux exclusivités. Même si la PS3 est plus puissante sur le papier, sa programmation est tellement problématique que le plupart des jeux sont mieux réalisés sur 360.
Un jeu comme Bioshock par exemple est incontournable. C’est en ce sens que je me retrouve plus sur la console de Microsoft. Si tu la couples avec une partie de Mario Galaxy sur Wii c’est carrément le bonheur.

Jibé: Course technologique, mais il y a une mode qui fait parler d’elle, celle du Retrogaming. Un avis?

A.H.L : Un vieux comme moi te dira que ça fait vraiment plaisir . On ne parle que de 3D, on fait des courses techniques et on oublie la base. La 3D c’est génial, mais la 2D ne doit pas disparaître. Tiens, on va revenir sur la Nec si tu veux bien. J’ai tout Nec! Du moins les meilleurs de ce que la PC Engine peut proposer. J’ai des milliers de jeux que j’ai entassé, cependant il y a une différence entre Rétrogaming et Collection.

Moi je collectionne, mais je ne suis pas un maniaque de l’emballage. J’ai jeté tous les emballages de mes jeux. Ca prend trop de place! Oui je sais que je fais bondir des collectionneurs, mais les collectionneurs sont-ils des fans de jeux vidéo et du rétro? Moi je collectionne le jeu pas le carton autour, question de point de vue.

Jibé: Avec autant de jeux joués, il y a bien un jeu préféré?

A.H.L : Je suis un fan absolu de Tetris. Alors ça comme bouffe temps il n’y a pas mieux! Le concept est génial. Avec peu de graphisme tu en fais pourtant une véritable drogue, car le jeu se renouvelle sans cesse. Je ne te parle même pas du jeu à deux.

J’ai une anecdote très amusante sur Bomberman dont je suis très friand.. Je devais le tester dans Tilt, et comme la Pc Engine n’a qu’un seul port manette, j’y ai joué tout seul. J’ai trouvé ça peu intéressant car je n’ai pas réalisé qu’il y avait un mode multi, et quel mode multi,le top ! C’étai une belle bavure, mais imagine bien que la machine n’ayant jamais été localisée officiellement ( en fait Sodipeng la distribuait mais telle quelle, comme s’il s’agissait d’import, avec une maigre notice en français glissée dans le manuel jap), les menus étaient en japonais.

Aussi il m’était impossible de voir que le jeu à plusieurs était possible et qu’il fallait donc rajouter le quintupleur pour que l’option apparaisse. Mais personne ne s’en est aperçu à l’époque.

Jibé: Aujourd’hui, que deviens le AHL de mon enfance ?

Et bien il est à la retraite! Il profite de son temps, de sa vie surtout avec mon jeune fils de 10 ans.

Je fais encore la fête avec quelques anciens, ça rappelle de bons souvenirs et me permet d’avoir d’une certaine manière encore le pied dans le milieu, Sinon je profite de mes passions: la musique, les films, le jeu vidéo et la Bande dessinée, que je collectionne. Les jeux vidéo tiennent toujours une grande place dans ma vie. Je joue plus qu’avant (j’ai le temps, et je me tiens au courrant de l’évolution de cette industrie.

Mais le jeu en général me séduit énormément. Je joue aux échecs, au go, aux cartes et aux jeux de plateau. La différence c’est que tu as quelqu’un en face de toi et pas un écran. C’est tout à fait appréciable.

Jibé: Finalement tu es resté un grand gamin.

Et je le revendique! J’ai toujours préféré l’enthousiasme de la jeunesse au sérieux de vieux cons.

Mon épouse tolère tout à fait ça, et c’est peut-être même parce que je suis ainsi, qu’elle m’a choisi.

Il faut s’accrocher à ses rêves plus que jamais! Et tu sais quoi, pour mes 60 ans ma nièce m’a offert la Xbox 360 quand elle est sortie. Comme quoi mon entourage me connaît bien (rires)

Jibé: Et pour terminer l’interview cher Alain, peux-tu nous dire si un éventuel retour est possible?

Pourquoi pas, j ne suis pas contre mais encore faudrait il qu’une bonne opportunité se présente.

Jibé : Zut j’allais oublier au fait, d’où vient cette légendaire réplique : « Tu le crois ça? ! »

A.H.L : J’ai écrit ça une fois dans un article, puis une seconde fois et ça a fini par devenir un gag. Comme un gimmick. Tu le crois ça ?

Ze Player remercie Alain Huyghues Lacour pour nous avoir accordé de son temps.

A propos Jibé Jarraud 144 Articles
Responsable Editorial Rédacteur chez Pix'n Love, Retro vers le Futur Chroniqueur dans " Les Tauliers " sur Radio JV.com