Non Marcus. La Saturn ne sera jamais la pire console de l’histoire !

Il y a des matins plus chagrins que d’autres. La faute au temps qui a changé soudainement après un été qui n’en finissait plus de nous contenter par sa durée exceptionnelle. A la grisaille désormais quotidienne, se mêlent froid, pluie et cette lueur blafarde en guise de soleil.

Nous avons beau être en période de fête que l’humeur n’est pas joyeuse, et même qu’elle muée en rageuse ; la faute à une vidéo de 2011 que je ne connaissais pas et qui m’a été envoyée ce matin.

 

La faute à Marc Lacombe, mieux connu des petits et des grands sous le sobriquet Marcus, l’ami des amis des jeux vidéo youpis.

Ce matin, l’auguste personnage vient à me fâcher avec des propos aberrants qui font montre d’une inculture proverbiale du jeu vidéo : «  La Saturn est la pire console jamais sortie ».

C’est à dire que GX 4000, 3DO, Pippin, PC-FX, Jaguar, Virtual Boy ( et l’on va arrêter là l’étalage) lui sont supérieures. Et d’insister: «  Elle ne servait à rien  »

De fait je partage le document sur les réseaux sociaux. Les réactions vives, accusent unanimement l’intéressé. Ainsi Jay ( Ancien Journaliste énervé, chroniqueur sur Les Tauliers sur RadioJV.com ) , de me proposer d’échanger sur Ze Player.

Comment faire autrement ?! Ça fait un moment que le Jarraud me taraude. A venir sur son site. A partager mes connaissances, visions, mauvaise foi, humeur (rayez la ou les mentions inutiles). Jusqu’ici, rien ne me donnait envie de vraiment exposer mon point de vue ; la lassitude. Mais ce matin, le Jibé partage le lien menant à une vidéo où le débonnaire Marcus se rend coupable d’une connerie de plus. Lorsque c’est payé par les éditeurs, je m’en cogne un peu mais là, il est interrogé à titre personnel et ose proférer que la Saturn est la moins bonne machine du marché. Déjà, on peut brocarder la question d’une stupidité sans nom (car chaque console est différente et toutes ont apporté quelque chose. Oui, même la 3DO, la Jaguar et CD-i de Philips) mais à quoi s’attendre d’autre avec Game One, sans blague aucune ; mais la réponse n’appelle à aucune autre réflexion que l’ignorance crasse. Et nous nous devions de corriger cela Je repasse donc la main au maître des lieux en le remerciant pour l’invitation.

Asséner sans vergogne qu’il s’agit là de la pire machine de jeux, à quelque chose de gênant. L’on sait que Marcus n’a jamais été un grand fan de SEGA ; soit c’est acté et pourquoi pas. Moi-même ne suis aucunement touché par la vie et la mort de la Dreamcast. Pourtant jamais je la qualifierai de mauvaise ou pire machine qui m’ait été donnée de pratiquer.

Un argument un seul a été donné pour dénigrer la Saturn hormis le fait que «  La Playstation est dix fois mieux », c’est bien Tomb Raider qui est cité comme largement supérieur sur la console de Sony.
Alors on rappellera que le jeu de Core Design est d’abord sorti sur Saturn. Et pour revenir sur les jeux, fers de lance d’une console sans lesquels elle ne serait rien, il est bon de remémorer les premiers bons jeux : Un Virtua Fighter honnête, un Clockwork Knight plaisant, un Panzer Dragoon formidable, qui seront suivis rapidement par un Daytona USA peut-être précipité mais bienvenu, un Rayman tout bonnement excellent et d’autres réjouissances qui feront date.

Au-delà de ça, quand bien même la PlayStation s’est mieux vendue, cela sous-entend-t-il obligatoirement de faire un concours de taille de chibre ? La Saturn avait ses propres avantages comme une capacité à se remettre en question, pratiquement tout au long de son existence ; d’être une machine d’arcade formidable qui a proposé les meilleurs jeux de baston 2D et 3D (comme le fera également la Dreamcast plus tard) dont le fantastique X-Men largement supérieur sur Saturn ou encore Street Zero 3, les Fatal Fury, les KOF et bien entendu Virtua Fighter ; des shoots extraordinaires comme Radiant Silvergun mais aussi les Thunderforce, After Burner II, Silhouette Mirage (la version Sat est la meilleure), DoDonPachi et bien entendu les Panzer Dragoon. Ce qui m’amène à une transition parfaite pour placer quelques noms de RPG ou assimilés dont le fantastique Azel, (Saga) Shining Force III (les trois épisodes, aussi bons les uns que les autres), Shining Holy Ark, Wisdom, Albert Odyssey, Baroque, Magnic Knight Rayearth, bien entendu Phantasy Star Collection (ou tous les épisodes dans le même « pack ») et un paquet de bons T-RPG comme les Langrisser (avc le chara design de Urushihara) et les débuts de la série Black Matrix, Grandia ou Lunar !

Que des mauvais jeux en somme…

Et puis n’oublions pas que la Saturn est la console de Dragon Force et rien que pour ça, il est interdit de la sous-estimer. Que je sois damné, pour une raison inconnue, j’étais à deux doigts d’oublier de citer l’un des meilleurs RPG de l’histoire. La suite directe de la plus grande série du genre sur PC Engine. Je parle naturellement de Tengai Makyô IV : Apocalypse. Seulement sur Saturn lui-aussi (et plus tard sur PSP).
Sans parler de tous les hybrides venant des meilleurs studios (pas les plus connus à l’époque, certes) tel Guardian Heroes signé Treasure. Les débuts de George Kamitani avec Princess Crown. Rappelons que le bonhomme fondera son propre studio plus tard, un certain Vanillaware (Odin Sphere, Dragon’s Crown, Muramasa).

Parfois, liés à des problèmes techniques (donc proposant des versions inférieures techniquement à ce qui tournait sur PlayStation), les développeurs ajoutaient du contenu. C’est le cas de Castlevania : Symphony of the Night qui en plus de nouveaux décors et boss, rendait Richter jouable dès le départ et surtout ajoutait une aventure « en plus », celle de Maria.

Et puis Nights qui, je me rappelle, à l’époque arrivait à se distinguer de la concurrence pourtant ULTRA VNR – d’un côté Mario 64 (sur N64), de l’autre Crash Bandicoot (sur PS1) – grâce à sa magie, ses musiques et sa direction artistique magnifique. Et  Burning Rangers, la deuxième merveille de la Sonic Team. Le meilleur jeu de snowboard à l’époque (avant la sortie de 1080°) Steep Slope Sliders ! La meilleure version – à l’époque – de Tactics Ogre. Les sorties de Snatcher et Policenauts.
Bref, j’en passe et des meilleurs. Comment oublier Sega Rally ou le seul Bomberman jouable à 10, qui restera à coup sûr, le meilleur de la série.
un paquet de bons jeux. Je ne cite que de mémoire mais je suis sûr que j’en ai oublié un paquet comme les sympathiques (et impressionnants – pour l’époque) Clockwork Knights mais je vais te redonner la parole, Jibé. Je pense que la preuve est faite.Celui qui ose dire de la Saturn qu’elle est la plus mauvaise console est un abruti, doublé d’un ignorant et qui est sans doute passé à côté de grands moments dans sa vie de joueur. C’est dommage mais en même temps, est-ce surprenant pour une icône de Micromania qui capitalise sur son image depuis des années pour donner naissance à la pire race du pays de Molière et des frères Lumière : les Youtubers.

J’ajouterai pour conclure nos propos certes acerbes mais justifiés, que la Saturn est surtout une héritière d’une machine fort appréciée des joueurs acharnés, ceux qui allaient se frotter au drôle de marché qu’est l’importation, la plus japonaise des japonaise : La Pc Engine.

On retrouve sur Saturn des jeux similaires, des portages, parfois des suites, et surtout ce délire purement nippon que seule une machine comme la Pc Engine savait offrir. Machine de cœur par excellence, la console de Nec/Hudson a quelque part et bien malgré elle, continué son périple à travers la Saturn.


On les aime ces dessins animés hallucinants, ces jeux tantôt fripons, tantôt si spéciaux à l’image d’un Mr Bones, d’hommages vibrants à la japanimation. Lancer Macross Super Dimension Fortress qui s’il n’est pas le plus grand Shoot Them Up de l’univers, plonge son joueur dans une ambiance folle avec le thème musical caractéristique.

La Saturn reste une console de passionnés, de curieux, de joueurs par excellence qui a su pendant quelques temps damer le pion à sa rivale Playstation avant qu’un certain Final Fantasy ne vienne jouer les troubles fêtes ; Square Soft ayant quitté le navire Nintendo.

Pour ses jeux à part, Reine du Vs Fighting, du Shoot Them up, riche en RPG et au final bénéficiant d’une ludothèque certes moins évidente que la Playstation mais empreinte indélébile sur l’histoire du jeu vidéo, la Saturn ne sera jamais la pire machine jamais créée.

Il reste toutefois dommageable que de tels propos viennent de celui qui est considéré comme LE visage du jeu vidéo en France, émérite et salué. C’est désormais à vous lecteurs de décider si au regard de ses propos, ce statut est mérité.

 

 


A propos Jibé Jarraud 155 Articles
Responsable Editorial Rédacteur chez Pix'n Love, Retro vers le Futur Chroniqueur dans " Les Tauliers " sur Radio JV.com