Ocarina of Time 3DS : Oui et mille fois oui !

Les légendes sont éternelles se dit-il. L’assertion est d’autant plus vraie dans le jeu vidéo. Des aventures gravées à jamais dans les mémoires que l’on reprendra sans déplaisir quelques années plus tard, à l’instar d’un bon bouquin suffisamment marquant pour que l’on s’y replonge encore et encore.

La série des Zelda fait partie de ces élus majeurs. Notamment l’épisode Ocarnia Of Time qui un jour de 1998 fit chavirer les cœurs de bien des joueurs jusqu’aux plus réfractaires. Pièce maîtresse, à mettre au pinacle des plus aventures à vivre à travers un écran.

Treize années plus tard, on décide de lui donner une nouvelle jeunesse sur une 3DS famélique qui a bien besoin de jeux pour enfin se lancer. Pari gagné, il est indispensable.

Peach pour Mario, Prinprin pour Arthur ( Ghosts’n Goblins) et Zelda sont le genre de minettes peu fréquentables qui aiment se frotter à toutes les peaux, pour se retrouver éplorées les yeux remplis de miasmes à espérer qu’un jour le Prince viendra les sauver et ce sur plusieurs épisodes.

N’allons pas focaliser sur les mésaventures de Zelda, Link et Ganon qui sont les mêmes depuis le premier épisode sur N.e.s. La chose étant, Ocarina Of Time est le premier acte de cette tragédie. De fait, sa narration donne toutes les clefs de l’univers Hylien et permet la meilleure appréhension qui soi à Hyrule et ses protagonistes.

Et plutôt que de développer sur ce concept on ne peut plus manichéen, il est préférable que le profane découvre par lui même les fondations de ce monument. L’érudit lui retrouvera ses souvenirs avec un sourire de satisfaction.

Car la véritable question reste : Est-ce que ce Zelda est indispensable? Nécessairement vous répondra la Vox Populi tant il est un épisode remarquable. Toutefois… Quid de la 3D?

Rappelons que l’intérêt même de la 3DS est bien son écran 3D, sensé transporter le joueur dans une profondeur sans pareil. Pourtant, les jeux du line up peinent à convaincre visuellement rendant la fonction absolument gadget. Il suffit de regarder Rayman 2 qui n’est qu’un bête portage de la version Dreamcast ou se demander la raison d’un Super Street Fighter IV à cette mode.

Il n’y a guère que les acteurs des publicités télévisuelles qui sont étonnés, vu que ça leur a été commandé.

Soyez rassurés, Zelda Ocarnia Of Time 3D est non seulement retravaillé graphiquement mais surtout convainc par sa 3D. Si elle n’est pas essentielle au plaisir de jeu, elle est toutefois agréable de par sa profondeur assurément. On pourra même trouver que la luminosité qu’elle apporte a tendance à améliorer l’existant déjà de fort belle qualité. Après, tout est question de tolérance.

La régler à la moitié semble être la meilleure alternative pour ne pas trop fatiguer les yeux. De même la fonction gyroscope liée à la 3D pour l’utilisation du grappin ou du lance pierre façon réalité augmentée, aura de quoi perturber tant les spectres visuels apparaitront. Mais une fois bien calée c’est une ouverture au grand spectacle.

Fini les textures approximatives et grossières, ce flou persistant et ces effets de brouillard caractéristiques de la Nintendo 64. Zelda revêt de bien plus beaux apparats et se rend désirable. Il faut toutefois tempérer l’excitation; si la refonte est de belle facture elle n’est pas non plus exceptionnelle.

Joli mais en deçà d’un Zelda Twilight Princess sur Gamecube et Wii. On regrettera des textures restées grossières tout en acquiesçant le travail réalisé par Grezzo sur les modélisations des visages et animations largement améliorées. Un peu plus de soin eut été apprécié.

Mais il serait imbécile de bouder notre plaisir, d’autant que la taille même de l’écran d’une console portable ne permet pas de profiter de superbes graphismes.

Ainsi, il est fort appréciable de redécouvrir ces vastes environnements, ces riches donjons brillamment scriptés aux énigmes intelligentes.

Zelda Ocarnia Of Time conserve son statut de légende et devient en 3D l’épisode obligatoire à celles et ceux qui trop jeunes n’ont pas eu la chance de le découvrir en 98.

Reste les plus vieux qui l’ont connu. Leur est-il utile d’y retourner? Bien que le jeu bénéficie de l’ajout de la Master Quest et d’une refonte réelle, j’avoue avoir eu un petit problème d’immersion, non pas à cause de la 3D mais bien par la taille de l’écran. Je préfère l’ampleur d’une telle aventure sur grand écran au même titre que je ne regarderai jamais un film sur téléphone.

Qu’importe, Zelda Ocarina Of Time 3D est LE jeu à posséder sur 3DS actuellement. Généreux, d’une grande fluidité et bénéficiant d’une interface menu bien plus agréable que sur N64, il rassure quant aux prochains développements annoncés par Nintendo sur une machine qui pourrait bien au final, exciter même ceux qui la boudent actuellement.

Jibé

About Jibé Jarraud
Responsable Editorial Rédacteur chez Pix'n Love, Retro vers le Futur Chroniqueur dans " Les Tauliers " sur Radio JV.com

A propos Jibé Jarraud 197 Articles
Responsable Editorial Rédacteur chez Pix'n Love, Retro vers le Futur Chroniqueur dans " Les Tauliers " sur Radio JV.com