Game Gear Micro : Grosse marrade ou révolution à venir

C’est qu’ils ont su faire monter la sauce chez Famitsu avec l’annonce RÉ-VO-LU-TIO-NNA-IRE de SEGA qui se doit de fêter plus que dignement ses soixante printemps.

Les pronostics allaient bon train entre un retour ( fantasque? ) de SEGA sur le marché des constructeurs, un potentiel rachat ou un service en ligne sur lequel jouer à un catalogue riche. 

Et c’est contre toute attente que la Game Gear Micro se montre. Drôle de surprise que de voir le retour d’une console qui n’a connu qu’un petit succès face à l’ogre Game Boy, mais toujours plus que la pauvre Atari Lynx. Pourtant la portable ne manquait pas d’atouts sur le papier. Ecran couleur chatoyant face à la tristesse de celui de la Game Boy et selon le pays, la possibilité de rajouter un tuner pour regarder ses programmes télévisés préférés. 

Mais la séduction peinera  à faire mouche. Déjà la consommation. Six piles sont nécessaires pour une autonomie dérisoire de trois heures environ. De quoi largement créer un budget supplémentaire. Mais surtout, comment lutter face à une console moins puissante, moins sexy mais qui a en quantité de très bons jeux. 

Non pas que la Game Gear en soit démunie, juste qu’ils ont manqué à l’appel quand c’était nécessaire. Vendue plus chère la messe était dite. 

Alors on ne peut que s’étonner de voir sortie du placard, celle que tant de joueurs ont boudée. Non pas que l’idée soit mauvaise, mais la question se pose. 

Car le terme Micro est loin d’être galvaudé. On se souvient de la Game Advance elle aussi Micro, si mignonne à l’écran incroyable et assez jouable malgré sa petitesse. 

SEGA va encore plus loin dans la course à la miniaturisation ( comme il y a quarante ans ) avec une machine aux proportions lilliputiennes vu qu’en mains ce sera : 43 millimètres de hauteur, 80 millimètres de largeur et 20 millimètres de profondeur pour un écran ridicule. Fort heureusement, les ingénieurs ont pensé à la fameuse loupe pour agrandir la zone de jeu, oui oui comme à l’époque et c’était loin d’être fameux. A voir.

Prévue en quatre coloris pour quatre jeux différents par machine – et c’est très chiche- on est plus proche du joli gadget inutile et charmant que les collectionneurs se presseront à récupérer que du grand chambardement prophétique. A moins que le meilleur nous vienne tout prochainement.

About Jibé Jarraud
Responsable Editorial Rédacteur chez Pix'n Love, Retro vers le Futur Chroniqueur dans " Les Tauliers " sur Radio JV.com

A propos Jibé Jarraud 231 Articles
Responsable Editorial Rédacteur chez Pix'n Love, Retro vers le Futur Chroniqueur dans " Les Tauliers " sur Radio JV.com