Du catch, du vrai, du velu !

C’est ainsi. Depuis 2000, WWF No Mercy sur Nintendo 64 est le meilleur jeu de catch de la planète. Aucun n’a réussi à lui ravir son trône. Mais que les amateurs de ce noble art se réjouissent. Fire Pro Wrestling nous arrive dans une toute nouvelle version et en occident. Une sucrerie généralement proposée aux dingues de l’import, qui dès le début 90 n’hésitaient à s’offrir les jeux en avant-première dans les boutiques spécialisées.

Et qu’ils fussent peu enclins à apprécier les joutes de Hulk Hogan et ses potes, ils passaient obligatoirement devant une boîte estampillée Fire Pro Wrestling  sur de nombreuses machines mais surtout sur Super Famicom et PC Engine sur laquelle la série est née en 1989.

Avec sa représentation en 3D isométrique et ses graphismes peu reluisants, Fire Pro Wrestling n’a jamais eu de quoi capter l’attention du chaland. Seuls les fins esthètes de la lutte savent combien son intérêt est ailleurs.
En effet, Fire Pro Wrestling s’est toujours attaché à faire des combats de véritables performances techniques.

Cet héritage est conservé dans cet épisode World. De quoi ravir les aficionados quitte à se séparer d’un plus grand public bien plus perméable aux jeux WWE. Car comme le Puroresu ( catch japonais ), Fire Pro Wrestling tape plus haut que le catch américain plus traditionnel qui s’est considérablement modernisé depuis la ligue NXT qui s’adresse à des fans spécialistes; qui savent apprécier les moves spectaculaires et les retournements de situation dans des matchs à l’issue inconnue. Une tension telle qu’elle devient une véritable source de plaisir.

Ainsi le titre de Spike Chunsoft se moque bien de son habillage pour privilégier l’essentiel : Le jeu et de nombreux lutteurs emblématiques de la New Japan Wrestling tels que Kenny Omega, Kazuchika Okada ou Tetsuya Naito.

Quand WWE 2K19 reste un sympathique divertissement aux combats d’une très grandes redondance à exécuter toujours le même script ( frappe, contre, frappe, special, tombé et victoire ), Fire Pro Wrestling offre un champ des possibles considérable avec si peu de boutons.

Des combinaisons par dizaines, des soumissions d’une très grandes variétés pour des affrontements assez dingues et forts plaisants à condition de se consacrer pleinement à l’apprentissage et son dur entraînement. Fire Pro Wrestling ne s’appréhende pas comme n’importe quel jeu de catch. Il est exigeant, souvent frustrant mais d’une richesse incomparable. Ici le  » bourinage »  n’a aucun intérêt. Il faut analyser son adversaire, l’attaquer avec intelligence pour espérer la victoire. Tout est question de gestion et d’endurance, à l’image de la prise de respiration nécessaire pour récupérer tant les exploits in ring sont épuisants.

Une rigueur évidente, qui se retrouve notamment dans la possibilité d’incarner des combattants de MMA dans l’octogone. On est loin du grand spectacle WWE.

Ces petits plus font la différence quand bien même un graphisme – disons le – sommaire. On a beau être fin 2018 que le jeu n’a pas bénéficié d’amélioration notable depuis ses épisodes PlayStation 2. Les animations sont toujours trop rigides et l’ambiance générale peu délirante. Mais comme dit précédemment, le plaisir est ailleurs et Fire Pro Wresting d’être d’une très grande générosité. Déjà pour ses modes de jeux comme des matchs avec des rings faits de barbelés quant ils ne sont pas équipés d’explosifs. Mieux, son mode Fighting Road qui permet à newbie de devenir une future gloire en passant par toutes les étapes de progression et d’interactions avec les catcheurs de la NJPW. Un aspect visual novel on ne peut plus appréciable, surtout si l’on s’était risqué au genre, de Snatcher à Tokimeki Memorial.

Mais le secret de Fire Pro Wrestling réside dans sa customisation à outrance, permettant de reproduire quasiment tous les catcheurs, tous les rings que l’on souhaite quelques soient les époques où les promotions. Le Bullet Club à WCW Monday Nitro ? The Rock contre Kenny Omega à la CMLL ? Hulk Hogan qui fait le beau à la Lucha Underground ? Tout est possible ou presque.

A vous les dream matchs improbables, surtout pour les plus fainéants qui pourront à loisir piocher sur le FPW Net tout le bonheur possible.

Fire Pro Wrestling est un très bon jeu de catch qui s’exempte de technique visuelle pour une profondeur véritable.

Si les puristes jureront encore par No Mercy, ils auraient tort de bouder une véritable alternative à l’hégémonie WWE 2K qui seul sur son marché avec la plus populaire des licences joue dans la catégorie du je me tourne les pouces d’année en année. Ils peuvent enfin jouer à autre chose que cette bonne vieille cartouche Nintendo 64, comme ils le font généralement avec les programmes TV de catch.

Ceux-là consultent des promotions autrement plus attractives  que la surpuissante compagnie de Vince McMahon. Fire Pro Wrestling World leur est dédié.

About Jibé Jarraud
Responsable Editorial Rédacteur chez Pix'n Love, Retro vers le Futur Chroniqueur dans " Les Tauliers " sur Radio JV.com

A propos Jibé Jarraud 182 Articles
Responsable Editorial Rédacteur chez Pix'n Love, Retro vers le Futur Chroniqueur dans " Les Tauliers " sur Radio JV.com