Mon coeur saigne…

Cette chronique est parue lors de l’émission Player Club sur Radiojv.com, animée par InKs

Les salopards, les gens de peu. Ils ont osé, commis l’impardonnable ces sans cœurs pour qui vous-êtes, tu es , nous sommes donc je suis, qu’un consommateur lambda. Miyamoto a eu beau balayer des années de Wii d’un revers de main en voulant se consacrer uniquement au joueur, que l’annonce de la New 3DS a comme des airs d’un foutage de gueule en règle.

Deux ans et demi à peine après la sortie d’une 3DS XL bienvenue, voici que le succès de Nintendo – et c’est bien le seul ces derniers temps – trouve sa mue définitive. Et pourtant ; ils nous l’avaient dit que l’ajout d’un second stick serait superfétatoire alors que l’on aurait naturellement imaginé que la première révision de la 3DS en bénéficierait. Tu parles, même qu’ils te rajoutent des boutons, un processeur supérieur, du NFC et corrigent ce satané écran qui obligeait à une position statique de peur de voir apparaître des spectres.

Alors forcément je gueule. Oui je gueule et tant pis si l’on me traite de ronchon, j’assume, m’exprime et à l’occasion emmerde cette bien-pensance de notre milieu qui ne cesse de faire de faire des courbettes et des miaous miaous.

Non mais c’est vrai quoi. C’est que je me la suis offerte à noël dernier cette XL, me débarrassant de mon ancienne devenue moins sexy. C’est bien la première d’ailleurs ; que je me sépare d’un modèle mince pour me retrouver dans les bras d’une grosse.

Heureux de mon acquisition toute récente, les salauds de Kyoto, me pourfendent de leur meilleur lame. Un assassinat en règle maquillé en seppuku ; j’ai mal, je gis au sol me tiens les tripes de ce sang noir encre, couleur de la trahison.

Et alors je la vois se déshabiller éhontément, me faire des clins d’œil complices à la «  tu montes chéri » faisant d’un potentiel acte d’achat ma propre prostitution ; connard servile que je suis embrassant la cause de Nintendo depuis bientôt 30 ans. Il me faudra résister, ne pas se laisser tenter , c’est le mal, une drogue supplémentaire aux autres que tu t’administres régulièrement vieux rocker que tu es ; dans les clubs aux pétasses emperlousées de Genève dans lesquels Inks t’entraîne une fois les libations trop importantes.

A l’instar des smartphone qui se voient remplacés chaque année sans que personne ne s’en émeuve, Nintendo emboîte le pas des fabricants de hightech et ne nous laisse guère le choix.

Ah si je l’ai eu, mais il aurait pu s’appeler PS Vita.

A propos Jibé Jarraud 148 Articles
Responsable Editorial Rédacteur chez Pix'n Love, Retro vers le Futur Chroniqueur dans " Les Tauliers " sur Radio JV.com