Arkham Asylum : le collector de la honte

Un collector c’est l’assurance de posséder un produit unique, de qualité que l’on aimera chérir avec attention. Sauf quand Eidos décide d’en faire une escroquerie manifeste.

 

Ce vendredi 28 août  c’est la joie la fête. Batman Arkham Asylum est désormais disponible dans les boutiques. Si pour beaucoup cette date est un événement vu les qualités du jeu, c’est surtout une bonne nouvelle car cela faisait des années que l’on avait pas retrouvé le justicier de Gotham dans un bon jeu.

Pourtant, l’ambiance ne sera pas au madrigal pour les possesseurs de la version collector, surtout en Europe. On rappelle les faits. Non content de faire un hype de folie avec ses graphismes, sa narration noire à des lustres du dernier film Dark Knight, aidée par Paul Dini ( Scénariste de la série animée), Arkham Asylum poussait sa séduction plus loin avec l’annonce de son coffret collector, dans lequel se trouvera le très fameux batarang et autres goodies.

Si l’excitation était à son comble ( de nombreuses réservations ont été faites sur ce coffret) on notait une différence notable entre les versions US et Européenne.Voilà une fin de semaine qu’il faudrait appeler Black Friday…

Première différence de taille, la structure même du coffret. Si les teenagers outre atlantique ont droit à une chouette boite reprenant le logo du héros, nous autres n’auront qu’une bête boite en carton avec un un fourreau en plastique histoire de dire que ce n’est pas si vilain. Point archi négatif tant on sait que les fans de comics sont sensibles à ce genre de détails.

 

Mais il y a pire, et cette fois les deux camps sont logés à la même enseigne : Le Batarang. Alors là, chapeau messieurs de chez Eidos. Nous avons à faire ni plus, ni moins qu’à un vulgaire morceau de plastoc ( plastique étant à mon sens trop exagéré vu la qualité du produit), digne de mauvais jouets de fast food. L’objet est rayé, mais il semblerait que cela soit fait pour donner un côté plus authentique, comme si Batman avait essuyé un combat avec. Là où l’on espérait un peu de métal on se retrouve avec un objet indigne de trôner fièrement sur une étagère.

Mais séchez vos larmes, il y’a tout de même un Artbook ! Si la version US était dissimulée dans un étui simili cuir, la version Européenne n’aura pas subit le même traitement. Et comme l’ouvrage est édité sur un papier de qualité sommaire, il y a de quoi pester.

Enfin, le jeu n’est  pas dans un boitier mais entre deux morceaux de carton en guise de protection. Ca donne un certain style après tout. Oui c’est ironique  Un fourreau cache misère est bienvenu dans sa version US, et pour l’Europe, vous connaissez la chanson.

 

Ce collector est donc une bien belle déception. Je ne pensais pas qu’après Street Fighter IV et son coffret d’une rare laideur, on pouvait encore trouver de telles choses.

Mais voilà, si le prix de 89,99 euros apparaît comme onéreux, il n’est que de 20 euros de mieux par rapport à la version basique. Il faut donc relativiser.

Et pourtant, au prix où sont les jeux actuellement, et surtout dans ce contexte de crise sans précédent qui voit régulièrement des studios de développements fermer leurs portes, des jeux pourtant bons ( Dead Space, MadWorld, Mirror’s Edge ), bradés faute de clients, on pouvait légitimement espérer mieux. A croire que c’est le facétieux Joker qui nous a concocté cette mauvaise farce.

 

Ou alors c’est à ce point la crise que même ces coffrets attendus sont soumis à une compression des coûts telle qu’ils deviennent sans intérêt. Dans ces conditions à quoi bon éditer ces produits? Ah oui, pour faire du hype, et permettre des ventes facilités à des clients qui une fois leur bien en main, n’auront qu’une envie, celle de lever le poing et manifester une colère toute légitime.

Le marketing est un dictate, et dans le cas de ce nouveau Batman, je ne saurai trop vous recommander ce geste citoyen : Montrer à Eidos son meilleur majeur et leur rappeler le joueur n’est pas que consommateur et de facto une vache à lait.

Jibé

About Jibé Jarraud
Responsable Editorial Rédacteur chez Pix'n Love, Retro vers le Futur Chroniqueur dans " Les Tauliers " sur Radio JV.com

A propos Jibé Jarraud 195 Articles
Responsable Editorial Rédacteur chez Pix'n Love, Retro vers le Futur Chroniqueur dans " Les Tauliers " sur Radio JV.com