Oscillations : la fausse note de NoLife ?

Depuis la rentrée, Nolife propose au sein de l’émission quotidienne 101%, une rubrique à caractère musical appelée Oscillations. Présentée par Macha en voix off, Oscillations se veut une analyse sur fond de musicologie des musiques de jeux vidéo.

Tâche complexe s’il en est, Oscillations cherche à approfondir ce riche sujet en s’appuyant sur des fondements théoriques.

En allant visiter le forum de Nolife, on trouve bien des adeptes de ce concept, mais en majorité il s’agit hélas de fan boys qui seraient bien incapables de critiquer leur chaîne préférée. Ces mêmes fans sont en général très heureux de retrouver les Idols japonaises chanter disons le clairement de la soupe. Alors apprécier un travail de musicologie… On peut avoir des doutes.

Les avis les plus intéressants sont certainement les plus critiques, et encore il ne s’agit pas là de textes acerbes mais plutôt constructifs ce qui est heureux.

Alors que penser réellement de cette nouvelle rubrique? Personnellement je n’adhère pas vraiment à l’explication musicologique de tel ou tel thème musical d’un jeu. En vérité, la musique est un plaisir à la base complètement subjectif et tenter de l’expliquer est réellement difficile.

Macha veut nous faire comprendre pourquoi tels instrument ou ambiances sont utilisés pour donner du volume à un jeu. Ainsi lors de la première émission sur Final Fantasy VI, elle digresse sur des musiques tristes qui donnent une ambiance triste, ou sur des sonorités plus blues collant avec l’univers donné.

Le gros problème c’est qu’il n’y a pas besoin d’être un grand esthète en la matière pour s’en rendre compte, il suffit d’écouter. Quand l’animatrice parle de Sim City sur Super Nintendo, elle explique que le thème principal est repris de différentes manières sur les principes des variations. Sans oublier les gammes mineurs et majeures.

D’accord, très bien, mais il suffit de jouer au jeu pour s’en convaincre sans aide pratique.

Ainsi Oscillations ne fait pas de développement particulier et survole allègrement son objectif principal.

Concrètement, si on prend Super Mario Bros sur N.e.s, le traitement ressemblerait fort à :

  • Le premier stage graphiquement joyeux est agrémenté d’une musique soulignant cet état.

  • En revanche, à partir du stage 1-2, Mario se retrouve dans un décor des plus lugubre. Ecoutez-bien la différence avec le premier stage. Koji Kondo a voulu par un thème plus court et sombre, provoquer le stress chez le joueur.

  • Le château de Bowser lui ne déroge pas à cette règle, et l’air joué est emprunté aux musiques de films d’angoisse.

Des lapalissades évidentes et sans grand intérêt finalement, car n’importe quel joueur est capable d’entendre ce qu’il se passe à l’écran.

Cependant, il ne faut pas attaquer les efforts de Macha qui semblent réels et surtout pas élitistes. Il est vrai que la Musicologie peut de prime abord, rappeler les pénibles conversations ou documentaires de France Culture ou Arte. Avec Macha il n’en n’est rien. L’approche est simplifiée, claire et très sympathique dans son déroulement. Par contre on s’ennuie et on décroche rapidement.

Faute à quoi? Format trop court? Certainement. Parler de musique mérite plus que quelques minutes, et faire une émission sur les variations d’un thème peut être assez rasoir.

Dans le même temps, si Macha voulait faire plus pointu, il y a de grandes chances que le public délaisse Oscillations.

A titre d’exemple, on pourrait analyser John Petrucci, l’excellent guitariste du groupe Dream Theater. Si je suis très amateur de ce musicien, il y aurait à mon avis pas plus pénible que de décortiquer ses placements de doigts, arpèges ou solos.

Il y a un juste milieu à définir, et l’émission encore très récente, mérite quelques réglages. On peut cependant faire confiance à Macha pour les prochaines. Il serait intéressant que ces dernières soient plus longues, avec plus de jeux et une approche réellement aboutie.

Souhaitons donc bon courage à cette jeune femme qui a le mérite de proposer quelque chose d’assez novateur dans un milieu que l’on aurait jamais soupçonné.

Jibé

A propos Jibé Jarraud 146 Articles
Responsable Editorial Rédacteur chez Pix'n Love, Retro vers le Futur Chroniqueur dans " Les Tauliers " sur Radio JV.com